Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > dernières éditions > 2015 | 37e Festival Les Hivernales

2015 | 37e Festival Les Hivernales

EDITO


De la suite dans les idées...

Arrivant à la direction du CDC, pour imaginer le festival Les Hivernales, un irrépressible besoin d’aller voir ailleurs, dans des parties du monde qu’il me fallait découvrir ou redécouvrir... Quatre éditions plus tard, une conversation imaginée avec les artistes que le public - nombreux et fidèle - a suivi sans faillir... pourvu que ça dure !

2014, il me fallait profiter des 30 ans du hip-hop en France pour faire la fête à cette danse car, je le répète, nous sommes un Centre de développement chorégraphique et toutes les danses y ont leur place...

2015 ouvre une autre page et le fil conducteur sera d’avoir « de la suite dans les idées ». J’aime les titres clairs et dans celui-ci tout est dit...

Ces cinq dernières années m’ont permis de nouer des relations privilégiées avec des artistes en France et dans le monde. Certains sont venus aux Hivernales, d’autres pas... L’enjeu est donc de mélanger à la fois les nationalités de ceux déjà venus avec ceux repérés mais, pour diverses raisons, absents d’Avignon... Ainsi, on retrouvera ce qui a re-placé Les Hivernales sur la scène internationale en faisant se croiser à Avignon pendant une semaine des artistes d’Afrique : Cameroun, Burkina Faso, Congo, Tunisie ; d’Asie : Singapour, Laos ; d’Amérique  : Québec et d’Europe : Italie, France.

On retrouvera ou découvrira de nouveaux pédagogues qui donnent chaque jour de nombreuses heures de pratique faisant des Hivernales un festival encore plus singulier, car quel festival de danse continue à programmer une quinzaine de stages en une semaine ? Les pratiques amateurs sont sans doute une des clés d’un potentiel renouvellement du public, utilisons-les...

Ces années m’ont aussi permis de tisser des liens forts avec des structures et après Les nuits du TARMAC au CDC en juillet 2011, plusieurs spectacles de cette programmation s’inscrivent dans une connivence avec Valérie Baran, directrice du TARMAC, La scène internationale francophone à Paris. Nous avons eu le désir d’accompagner fidèlement les chorégraphes dans leur travail de création et l’ambition de favoriser la circulation des œuvres et des artistes, selon un axe nord / sud ou Paris / Avignon...





Idem avec Chloé Le Nôtre, en charge d’Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines à la Grande Halle de La Villette à Paris. Inspiratrice et conseil pour de nombreux projets de la programmation de l’année dernière. Elle se propose de garder le lien des Hivernales avec le hip-hop en présentant des chantiers, des œuvres en cours, à découvrir.

Idem avec Natalia Casorati qui dirige le Festival Interplay à Turin avec laquelle nous suivons comme le lait sur le feu le destin de nombreux artistes dont Daniele Ninarello dans lequel nous fondons de grands espoirs.

Et puis s’interroger sur le renouvellement du public, après l’édition 2014 pendant laquelle tout un nouveau public est venu en famille. Comment garder le lien ? Avec Lyliane Dos Santos de l’Auditorium du Thor nous avons imaginé HiverÔmomes, un moment juste avant Les Hivernales, pour faire découvrir la danse à un nouveau public. Et cette année encore, pendant Les Hivernales plusieurs spectacles pour les parents et les enfants dont un ludique qui place la bonne chère au centre de son projet, inhabituel pour un art qu’on apparente parfois à des pratiques poussant à la maigreur, comme si pour danser il fallait n’être que maigre !

2015 sera donc le moyen d’intensifier ce va-et-vient entre les artistes français et singulièrement ceux de la région et les artistes aperçus au gré de mes voyages. 2015 sera aussi l’année où nous fêterons les dix ans d’installation du CDC rue Guillaume Puy.

Synthèse, nouveauté, anniversaire... Tout un programme que j’espère vous suivrez aussi nombreux que les autres années.

Emmanuel Serafini | Directeur



    Je dédie cette 37e édition à deux amis, piliers de la danse, des Hivernales et du CDC. Je veux parler de Carlotta Ikeda partie voguer dans les ténèbres qu’elle a si souvent traversées sur scène et de Gérard Violette modèle parmi les modèles de directeur, défenseur des artistes et singulièrement de ceux qui font la danse... On ne peut pas ne pas penser à eux, souvent…