Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > dernières éditions > 2014 | 36ème Festival Les Hivernales

2014 | 36ème Festival Les Hivernales

  

     

     


 

EDITO


Les années et les éditions se suivent ; pour un festival comme les Hivernales, il est heureux qu’elles ne se ressemblent pas.

Dès la mise en place de mon projet pour les Hivernales en 2009, j’avais dans l’idée de faire un tour du monde de la danse… Nous avons abordé l’Afrique (2010), de là nous sommes allés en Amérique (2011), ce qui nous a conduits en Asie (2012) pour arriver, finalement, aux rives de la Méditerranée (2013). Dans ce laps de temps, beaucoup de rencontres, de voyages et une expérience qui m’a commandé de me ré-intéresser au hip-hop…

C’est un mouvement que j’ai suivi dès ses débuts en France, puisque je suis de la génération Sydney, c’est-à-dire, celle de l’animateur de la célèbre émission "H.I.P. H.O.P." (qui date de 1983… Toute une époque !), dans laquelle tout "le gotha" du hip-hop français est passé — on retrouve d’ailleurs avec bonheur des traces de cette émission et on y voit les plus importants chorégraphes français du hip-hop "performer" dans le documentaire de Jean-Pierre Thorn "Faire kiffer les anges".

En l’espace de trente ans, nous avons bien assisté à une innovation esthétique et un renouveau de la danse. Aucun professionnel directeur de théâtre ne niera, s’il est honnête, que le "label" hip-hop suscite l’engouement du public et permet d’afficher des taux de remplissage conséquents. Mais ce qui me frappe et me touche davantage, c’est le maillage intergénérationnel que cela opère : les grands-parents, les parents assistant avec leurs enfants et petitsenfants aux spectacles.

Aucun éducateur, formateur ou professeur de danse ne niera que cette danse a fait revenir les garçons dans les cours un peu désertés à cause de l’image que véhicule la danse… là, rien de tout cela. Le côté "perfomatif", l’aspect concurrentiel ou le défi qui se jouent dans le hip-hop ont sans doute contribué à attirer les garçons. Le hip-hop, ce sont des codes et un style très spécifiques, un véritable esprit, une façon d’être…




Les Hivernales, reconnues comme un des plus anciens festivals de danse contemporaine, se devaient de consacrer un temps complet à ce langage, à ces spectacles…

Nous souhaitons que cette édition permette au public d’apprécier la richesse du hip-hop, car ce qui est en jeu ne réside plus dans le fait qu’il s’agisse d’un mouvement issu de la banlieue et de son besoin de reconnaissance — on sait que de nombreux jeunes ont trouvé leur chemin grâce à la pratique de la danse hip-hop dans les quartiers — mais c’est de faire le constat que toute la jeunesse (toutes catégories sociales confondues) s’est approprié cette expression, jusqu’aux filles, qui, par leur présence en force aujourd’hui dans bon nombre de compagnies, ont contribué, en France, au développement de ce mouvement. Cette programmation en présente quelques-unes.

Vous l’aurez compris, le hip-hop s’est considérablement développé en trente ans. Il a inspiré la danse contemporaine, le cirque, les arts de la rue, le théâtre, le cinéma jusqu’aux arts plastiques. Les chorégraphes et danseurs se sont attaqués avec courage au transfert de leur art du "dehors" vers le "dedans" c’est-à-dire sur les scènes, proposant, au fil du temps, des compositions, des écritures chorégraphiques subtiles, fortes, intenses véhiculant des images émouvantes ou réalistes qui font et feront, je l’espère, la joie des festivaliers en 2014…

Un homme public célèbre a dit :
"N’ayez pas peur !" N’ayez pas peur du hip-hop et venez tous découvrir ce qu’il apporte aujourd’hui à la danse.

Emmanuel Serafini
Directeur



Nous dédions cette 36e édition à Hélène Brogniart qui nous a quittés subitement. Ancienne directrice de la mjc d’Apt, elle était également une infatigable actrice de l’éducation populaire et a beaucoup oeuvré au développement du hip-hop dans cette région.