Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > dernières éditions > 2014 | 36ème Festival Les Hivernales > Spectacles > Anthony Égéa > Rage
Direction artistique, chorégraphie
Anthony Égéa
Assistant chorégraphique
François Lamargot
Interprétation
Salah Keita, Djaroule Evrard Kévin Gaël Mvou, Salim Mze Hamadi Moissi, Raymond Siopathis, Kirsner Tsengou Dingha, Seibany Salif Traoré
Création musicale
Yvan Talbot
Création lumière et scénographie
Florent Blanchon

Coproduction
EPPGHV - Parc et Grande -Halle de la Villette, Scène Nationale de Bayonne - Sud-Aquitain, Office Artistique de la Région Aquitaine, Institut départemental de développement artistique et culturel de la Gironde, CCN de Créteil et du Val de Marne / Cie Käfig, CDC du Val de Marne, Théâtre Paul Éluard de Choisy le Roi, Le Cuvier – CDC d’Aquitaine, Institut Français, Le Glob Théâtre – Artiste Associé 2011/2013
Soutiens
Institut Français Léopold Sédar Senghor à Dakar, Ecole des Sables - Germaine Acogny (Sénégal), CDC - La Termitière, Service coopération internationale de la Région Aquitaine, Centre culturel des Carmes à Langon, Espace Treulon à Bruges
Partenaires
DRAC Aquitaine, Conseil Régional d’Aquitaine, Conseil Général de la Gironde, Ville de Bordeaux

Anthony Égéa

Programme :

Mercredi 5 mars à 20 h 30

Anthony Égéa - Cie Rêvolution

Rage  60 min
Auditorium Jean Moulin, Le Thor


En coréalisation avec Arts Vivants en Vaucluse, auditorium Jean Moulin

Anthony Égéa découvre le hip-hop en 1984, alors que cette forme de danse est en plein essor. Parallèlement, il se lance dans le classique en suivant une formation à l’École supérieure de danse de Cannes Rosella Hightower, puis au Dance Theater d’Alvin Ailey à New York. Il fonde à Bordeaux la compagnie Rêvolution en 1991. L’idée de la pièce Rage est née à l’occasion d’une tournée dans sept pays d’Afrique (Sénégal, Burkina Faso, Mali, Gabon, Nigeria, République centrafricaine et Cameroun). Du choc de ces rencontres, naît alors l’idée de réunir des danseurs de différents pays. Véritable métissage entre danse contemporaine, traditionnelle, hip-hop et krump, la danse d’Anthony Égéa est ici instinctive, brute, violente et parfois proche de la transe. Les six danseurs dotés de fortes personnalités et déterminés jusqu’à la rage, dressent le portrait d’une Afrique contemporaine sans concession, portant haut et fort les revendications des jeunes générations qui rêvent d’un autre monde. Un spectacle à énergie positive.