Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > dernières éditions > 2014 | 36ème Festival Les Hivernales > Spectacles > Christine Coudun - Cie Black Blanc Beur
Direction artistique et chorégraphie
Christine Coudun
Assistants
Laurent Kong a Siou, Lowriz Vo
Interprétation
Manuela Bolegue ou Sarah Bee, Adilson Horta de Sousa, François Kaleka, Laurent Kong a Siou, Alfreda Nabo, Mathieu Raguel, Saym Sithiphone, Lowriz Vo
Recherche et montage musical
Lowriz Vo
Costumes
Lowriz Vo

Coproduction
Théâtre « Die Bühne Im Hof » à St-Pölten Autriche) et gouvernement de Basse Autriche, Centre Chorégraphique National de La Rochelle.
Soutiens
Région Ile-de-France, Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France, Communauté d’Agglomération de St-Quentin-en-Yvelines, Pôle Pik- Centre chorégraphique de Bron (accueil en résidence), Collectif 12/ Friche André Malraux à Mantes la Jolie, Ferme de Villefavard en Limousin, Service culturel - relais mutualiste de l’Institut Marcel Rivière à La Verrière, Ville de Trappes-en-Yvelines.

Spectacles

Samedi 1er mars à 20 h 30

Christine Coudun - Cie Black Blanc Beur

Chroniques du périmètre  1 h 05
Théâtre Benoît XII

Avec le soutien de l’Institut supérieur des techniques du spectacle

Incontestablement, le succès de la danse hip-hop doit beaucoup à la compagnie Black Blanc Beur créée en 1984 par Christine Coudun et Jean Djemad sur un parking de Saint-Quentin-en-Yvelines. Si Black Blanc Beur a inventé une danse fougueuse et dynamique née dans la rue et sur le béton, ils ont su la faire magnifiquement évoluer. Leur rôle dans la reconnaissance de la danse hip-hop sur la scène chorégraphique fait d’eux un modèle pour toute une génération de hip-hopeurs. Trente ans plus tard et dans le cadre des Hivernales, c’est avec l’énergie qu’on lui connaît, que Christine Coudun aborde ici un sujet très politique et exprime une réalité sociale. Sur fond d’affrontements de clans et de lutte entre jeunes et vigiles, Chroniques du périmètre nous plonge au coeur de la vie nocturne et agitée de la banlieue. En traitant avec humour et distance un sujet particulièrement brûlant, la chorégraphe tire parfaitement son épingle du jeu et donne à voir une pièce divertissante et détonante.