Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > dernières éditions > 2014 | L'été au CDC, particulièrement danse #3 > Spectacles | 10 > 20 juillet relâche le 15 > 15 h 45 Anthony Égéa
/ CDC /
Création 2013

Direction artistique, chorégraphie Anthony Égéa
Interprétation Vanessa Petit
Musique Yvan Talbot
Lumières, scénographie Florent Blanchon
Vidéo, multimédia Yvan Labasse
Illustration, animation Loïc Godart / Fred Bayle
Costumes Hervé Poeydomenge
Coproduction IDDAC, OARA, Le Cuvier - CDC d’Aquitaine, Le Glob Théâtre, CCN d’Aquitaine en Pyrénées Atlantiques Malandain Ballet Biarritz, Théâtre Olympia - Scène conventionnée d’Arcachon, Théâtre Durance - Scène conventionnée - Pôle régional et transfrontalier, CCN de La Rochelle / Poitou-Charentes - compagnie Accrorap - direction Kader Attou, Espace culturel Treulon
Soutiens Le Glob Théâtre, Théâtre Jean Vilar, Espace culturel Treulon, Théâtre Olympia - Scène conventionnée d’Arcachon, Théâtre Durance - Scène conventionnée - Pôle régional et transfrontalier
La compagnie Rêvolution est subventionnée par DRAC Aquitaine, Conseil régional d’Aquitaine, Conseil général de la Gironde, Ville de Bordeaux

Spectacles | 10 > 20 juillet relâche le 15



Anthony Égéa

Dorothy

40 min

Anthony Égéa découvre le hip-hop en 1984 alors que cette forme de danse est en plein essor. Parallèlement, il se lance dans la danse classique en suivant une formation à l’École supérieure de danse de Cannes Rosella Hightower, puis au Dance Theater d’Alvin Ailey à New York. En 1991, il fonde sa compagnie Rêvolution installée à Bordeaux. Avec Dorothy, le chorégraphe s’aventure pour la première fois dans le monde des enfants et replonge dans ses souvenirs du Magicien d’Oz, grand classique de la littérature enfantine. Il a choisi de confier les clés de ce conte à la danseuse Vanessa Petit qui, par son hip-hop virtuose, plonge à corps perdu dans l’histoire pour s’emparer de chacun des personnages. Ils sont tous là, Dorothy, l’épouvantail feu follet, le robot mécanique et ils nous emportent dans une aventure chorégraphique féérique à la fois déroutante et inattendue. Présentée lors des dernières Hivernales, ce spectacle a reçu un très bon accueil, ce qui nous a donné envie de le réinviter. La scénographie astucieuse, les ciels orageux venus tout droit du Texas et la musique magnifique finiront d’emballer les jeunes (et moins jeunes) spectateurs.


For the first time, choreographer Anthony Égéa adventures into the world of children, turning back to his childhood memories of The Wizard of Oz, the great American classic. In his first show for a young audience, he has entrusted the keys to this tale to dancer Vanessa Petit, a virtuoso hip-hopper. The clever stage setting, with stormy skies straight out of Kansas, and the magnificent music will captivate young spectator.

Biographie d'Anthony Égéa

Dès 1984, Anthony Égéa amorce un long processus d’apprentissage de la danse hip-hop. Sensibilisé à de nombreuses techniques, il parfait sa formation à l’École supérieure de danse Rosella Hightower de Cannes grâce à l’obtention de la bourse chorégraphique du Ministère de la Culture. Également lauréat de la bourse Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères, il suit une formation au Dance Theater d’Alvin Ailey à New York. Le travail sur la matière le pousse tout naturellement à épurer sa gestuelle et à construire des formes plus abstraites, il fait évoluer son style en confrontant son vocabulaire à d’autres langages. Depuis la création de la compagnie Rêvolution en 1991, Anthony Égéa travaille tant l’énergie que l’expressivité des gestes. Dans Triptyk (2001), Amazones (2003) ou encore Soli (2005), il revisite le hip-hop au féminin. Dans Urban Ballet (2008), il mixe danse urbaine et partition classique avant d’aborder, avec Clash (2009), un débat de corps sur la question du territoire et de la frontière. En 2010, il écrit la pièce Tétris pour le Ballet de l’Opéra national de Bordeaux et en 2011 le spectacle Middle pour le Beijing Dance Theater. En 2012, il crée Rage, pièce pour six danseurs africains, dans laquelle il opère un travelling sur une Afrique contemporaine. Il dirige le Centre de formation professionnelle pour interprètes hip-hop de la compagnie Rêvolution, depuis 2002.


From 1984, Anthony Egéa began a long process of hip-hop training. Familiar with several technic, he perfected his training in Ecole Supérieure de la danse Rosella Hightower in Cannes thanks to the choreographic grant from the Ministry of Culture. Also laureate of the Lavoisier grant from the Ministry of Foreign Affairs, he underwent a training in Alvin Ailey's Dance Theater in New-York. The work on matter naturally led him to refine his choreographic language and to build some more abstract forms. He developed his style by confronting his vocabulary to other languages. Since the creation of the Rêvolution company in 1991, Anthony Egéa works on energy and expressiveness of movement. In
Tryptik (2001), Amazones (2003) or Soli (2005), he revisited hip-hop dance from woman's perspective. In Urban Ballet (2008), he mixed urban dance and classic partition before he tackled, in Clash (2009), a debate on the question of territory and border. In 2010, he created the show Tétris for the Opera national de Bordeaux Ballet and, in 2011, Middle, for the Beijing Dance Theater. In 2012, he created Rage, a show for six African dancers in which he made a traveling in contemporary Africa. Since 2002, he manages the professional training center for Hip-Hop performers of the Rêvolution company.