Vous êtes ici : CDC > Historique > Festivals > Ayelen Parolin | Nativos
/ CDC /


Conception
Ayelen Parolin en
collaboration avec Marc Iglesias
Interprétation Jae Young Park, Jong
Kyung Lim, Yong Sean Liu, Yong
Seung Choi
Direction musicale et
interprétation
Lea Petra (piano) en
collaboration avec Seong Young Yeo
(percussion et voix)

Une proposition du Théâtre de Liège

Production Théâtre de Liège, Korea
National Contemporary Dance Company
(KNCDC)
Coproduction Théâtre les Tanneurs
Bruxelles, Théâtre National de Bretagne
Rennes, Ruda asbl / Cie Ayelen Parolin,
Producer Group DOT.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie
Bruxelles, WBI, WBTD et de l’Association
des Amis du Théâtre de Liège
Ayelen Parolin est en résidence de
création au Théâtre de Liège pour 2016
et 2017, en résidence administrative
au Théâtre les Tanneurs (Bruxelles) et
est accompagnée par Grand Studio
(Bruxelles).

Charleroi Danses s’engage à produire,
présenter et accompagner les oeuvres
d’Ayelen Parolin pour les saisons 2017 à
2020

 

© Mok Jinwoo

Ayelen Parolin | Nativos


D U  9  A U  1 9  J U I L L E T   -   R E L Â C H E  L E  1 3


1 7 H 4 5    -    60 mn
Création 2016




Argentine vivant à Bruxelles, Ayelen Parolin est une artiste qui compte aujourd’hui dans le paysage chorégraphique. Depuis une dizaine d’années elle impose une danse à l’univers à la fois éclectique, précis et créatif. Nativos réactive l’incroyable matière chorégraphique du trio Hérétiques (présenté aux Hivernales en 2015), une danse abstraite, répétitive et géométrique renvoyant aux impératifs de rentabilité de notre société. Pour Nativos, le Théâtre de Liège et la Compagnie nationale de danse contemporaine coréenne ont proposé à la chorégraphe de reprendre le principe d’Hérétiques en s’inspirant cette fois du chamanisme avec quatre danseurs coréens reconnus pour leur technicité et leur précision. Dans cette pièce radicale où la modernité se frotte à la tradition Ayelen Parolin interroge l’identité, invite à une relecture des rituels chamaniques et bouscule les clichés sur la culture coréenne. Repoussant les limites physiques, les quatre interprètes cherchent à maintenir un certain ordre oscillant entre puissance et épuisement. Rythmé par une composition au piano de Lea Petra et des tonalités plus traditionnelles du percussionniste et chanteur coréen Seong Young Yeo, Nativos fait rejaillir la force essentielle de l’être, explosive et animale.





Ayelen Parolin est née à Buenos Aires. Chorégraphe et danseuse, elle vit et travaille à Bruxelles. Après des études à l’École Nationale de Danse et au Théâtre San Martin de Buenos Aires, elle suit la formation exerce à Montpellier, puis travaille comme interprète pour Mathilde Monnier, Mossoux-Bonté, Jean-François Peyret, Mauro Paccagnella, Louise Vanneste, Alexandra Bachzetsis, Anne Lopez et Riina Saastamoinen. Depuis 2004, Ayelen Parolin développe un travail personnel. Chacune de ses créations se décline autour d’un motif récurrent, à partir duquel l’écriture chorégraphique se construit. L’autobiographie avec le solo 25.06.76
, l’animalité avec Troupeau/Rebaño, la féminité et ses dynamiques de groupe avec SMS and Love, la figure masculine dans DAVID, une construction mathématique du mouvement pour arriver à une forme de rituel contemporain dans Hérétiques. En 2015, elle se centre sur la/les femme(s) avec le duo Exotic World et le solo La Esclava, coécrit et interprété par Lisi Estaràs.

Ayelen est l’une des 4 lauréats de la bourse de recherche décernée par la fondation Pina Bausch pour 2016. En mai 2017, elle a présenté sa dernière création Autóctonos au Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles.